La famille Beaucarne

La famille Beaucarne

Au 17e siècle, les Beaucarne sont une des principales familles bourgeoises qui s’établissent au pied de ce qui fut alors l’imposante abbaye Saint-Sauveur d’Ename. C’est pour ces raisons qu’ils font l’acquisition, en 1748, d’une habitation familiale, située sur la place du village, le long d’une rue qui portera plus tard leur nom.

 

La Maison Beaucarne est toujours restée dans les mains de la même famille dont les membres ont occupé d’importantes fonctions au cours de l’histoire de nos régions. Pendant l’occupation française, un des membres de la famille Beaucarne est le remplaçant du préfet du département de la Dyle sous Napoléon. Les Beaucarne ont également pris part à l’unification de la Belgique en 1831.

 

Les bourgmestres d’Ename, issus de cette famille, ont marqué de leur empreinte cette petite commune rurale et ont toujours été proches de la population locale. La famille est, au 19e et 20e siècles, l’exemple même de bourgeois lettrés, entretenant des liens familiaux avec les familles Buysse, MacLeod, Loveling, Fredericq, … .

 

En 1945, le bourgmestre Louis Beaucarne décède sans héritiers. Le domaine est alors transmis à son neveu Louis Fredericq, chef de cabinet du Roi Léopold III, dont les descendants habitent toujours la maison familiale. En 1955, la Maison Beaucarne échoit à Jacques Fredericq et son épouse Marie-Claire Lilar, fille de l’écrivain Suzanne Lilar et du ministre d’état Albert Lilar, et soeur de la romancière Françoise Mallet-Joris.

En 2015, leur petit-fils Julien Fornari et sa fiancée Lena Vastesaeger s'installent dans la demeure familiale, assurant ainsi la continuité de la Maison Beaucarne.

 

C’est ainsi que la Maison Beaucarne est restée depuis 250 ans entre les mains de la même famille et que la tradition se perpétue.